Algérie_Tizi

Algérie : formation des femmes élues locales

C’est dans le cadre du programme de renforcement des capacités des femmes élues locales en Algérie que Claire Morandeau est intervenue auprès de plusieurs groupes. Les participantes venaient de plusieurs régions du territoire algérien. Ce projet de formation, (piloté par la FONDATION CIDDEF) a pour objectif de permettre aux femmes élues locales (communes et wilayas) de pouvoir jouer pleinement leur rôle. Lors de ces journées, il s’agissait de comprendre le concept de genre et d’envisager sa déclinaison dans le contexte spécifique des participantes. C’est ainsi que les participantes ont pu réfléchir ensemble  à la façon dont elles souhaitent intégrer les questions de genre dans les politiques locales : à la fois dans les plans d’actions et dans les budgets.  Une analyse des budgets selon le genre leur a semblé être une approche pertinente pour leur mission au sein de leurs collectivités.

Quelques-uns de leurs collègues masculins ont participé à certains ateliers, ce qui a permis de nombreux échanges très constructifs où ils ont pu mesurer en quoi les questions de genre étaient aussi pour eux un enjeu et une opportunité et leurs questions étaient nombreuses.

Deux journées  ont été consacrées par Claire Morandeau, à l’équipe du CIDDEF afin de travailler à la construction d’outils pédagogiques adaptées au contexte de l’Algérie, tant sur le fond que sur la forme. De nouveaux outils devraient donc voir le jour.

 

 

1 pensée sur “Algérie : formation des femmes élues locales”

  1. J’ai connaissance de votre travail en Algérie. Dans cette société si incertaine et à l’avenir si sombre, les femmes qui s’engagent en politique peuvent jouer un rôle déterminant pour la paix sociale, le respect de toute personne quelque soit son genre, son origine ethnique, son origine sociale.
    Il faut continuer ce travail d’accompagnement et de formation qui vient en appui avec le travail très courageux du CIDDEF.
    Et si nos propres politiques en France prenait conscience du peu de place laissée aux femmes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *